SOMMAIRE
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
13/05/2013

Westhalten : Un nouvel élan pour l’auberge du Cheval Blanc


Au cœur de la vallée Noble sur la route des vins d’Alsace, c’est dans le charmant village de Westhalten (68) que Raymonde et Gilbert Koehler nous donnent des nouvelles, inaugurant il y a quelques jours leur belle salle de restaurant avec tous les amis de l’auberge du Cheval Blanc. L’an dernier, ils venaient d’obtenir une 4ème étoile hôtelière NN pour leur hôtel de 11 chambres, avec vue sur un jardin privé bordé d’un petit étang.



Raymonde et Gilbert Koehler donnent fière allure à leur cheval blanc ©JulienBinz
Raymonde et Gilbert Koehler donnent fière allure à leur cheval blanc ©JulienBinz
Lumineuse, moderne et sereine, c’est un véritable coup d’éclat qui vient valoriser le bois massif, qui trônait en salle, flanquant un coup de rajeunissement élégamment dosé, rehaussé par de belles tonalités contemporaines, osant le mariage avec du gris perle et du fuschia. L’esprit de la salle "alsacienne" avec ses poutres apparentes, et l’âme des lieux sont bien préservés. Le cheval blanc fait peau neuve, galopant vers sa nouvelle destinée.

Gilbert et Raymonde Koehler présentent la nouvelle salle de restaurant ©JulienBinz
Gilbert et Raymonde Koehler présentent la nouvelle salle de restaurant ©JulienBinz
100.000€ ont été investis pour relooker complètement la salle ; du sol au plafond, du mobilier, aux accessoires déco avec des tableaux spécialement peints par Angèle Obrecht, se confondant avec le style imaginé par Isabelle Mariotte, architecte d’intérieur de Soultzmatt.

La mise aux normes des sanitaires et l’accessibilité aux handicapés ont également fait partie du cahier des charges. Trois semaines ont été nécessaires pour finaliser les travaux, dans le temps imparti des congés d’hiver 2013.

le mur tout en boiserie a été repeint en gris et rehaussé de fuschia ©JulienBinz
le mur tout en boiserie a été repeint en gris et rehaussé de fuschia ©JulienBinz
" Cela faisait quelques années que nous souhaitions refaire la salle" raconte Gilbert Koehler, "Les travaux avaient été décidés avant le retrait du macaron Michelin en 2012". Inutile de tergiverser sur cette étoile conservée pendant 22 ans (1990-2012) semble chuchoter le chef. "Nous aurions été heureux de la garder, mais nous ne sommes pas malheureux de l’avoir perdue. On fait avec. Nos clients sont revenus plus nombreux pour nous témoigner leur soutien", reconnaît le chef.
"Aujourd’hui, la nouvelle salle attire aussi une nouvelle clientèle. Elle est rajeunie, plus moderne, plus lumineuse, tout le monde est satisfait", rajoute-t-il, narrant son envie de conserver ce mur circulaire en bois massif, "démodé" certes mais de qualité, qu’il avait fait posé en 1976. "J’y tenais", dit-il, "J’étais vraiment soulagé de le voir intégré dans la nouvelle décoration, repeint et conservé dans le projet de l’architecte."

Les poutres apparentes ont été conservées, mais la salle est plus lumineuse ©JulienBinz
Les poutres apparentes ont été conservées, mais la salle est plus lumineuse ©JulienBinz
Si le nombre de couverts se maintient à 60, les assises, quant à elles, redoublent de confort, rehaussées de fauteuils en simili cuir. "Nous avons changé le mobilier et les objet déco" précise Raymonde Koehler. Des voilures, aux rideaux, des luminaires aux tableaux, de la moquette aux coloris muraux, chaque détail forme l’ensemble d’un tout harmonieux et cohérent avec la personnalité des hôtes de ces lieux.

Les sanitaires détonnent. La mixité des commodités, la touche de masculinité conférée par la virilité de ce gris anthracite épouse, équilibre et finalise la féminité de la salle.

"On se rend compte que nos clients restent à table plus longtemps" ©JulienBinz
"On se rend compte que nos clients restent à table plus longtemps" ©JulienBinz
Les habitués se réjouissent de la nouvelle carte du moment. Avec ou sans étoile, le savoir-faire du Maitre-Cuisinier de France n’a pas d’égal, et assure avec pérennité le succès d’une trilogie de foie gras en trois services (poché, poêlé et en duo cru et cuit sur tartine Gourmande), la dégustation de la tête de Veau en 3 façons (sauce gribiche, au Pinot noir, langue et cervelle) et le gibier de saison.

Le Tourteau en transparence de pomme verte et vinaigre Uberti ©JulienBinz
Le Tourteau en transparence de pomme verte et vinaigre Uberti ©JulienBinz
Les clients bénéficient toujours le midi de la formule à 26€ (amuse-bouche, 3 plats, mignardises et boissons incluses) et des menus allégés Uberti, réalisés sans sel, avec les produits Mondial Uberti’s et le vinaigre aux 34 extraits de plantes. L'envie de proposer une cuisine saine et équilibrée se décline à la carte du Cheval Blanc avec par exemple la Raie au naturel, béarnaise Uberti à la menthe fraîche, croustillant d’asperge et maïs, ou franchement en menu "équilibre" à 45€.

Le foie gras en trois services

Foie gras poché dans un consommé de bœuf, garni avec un peu de légumes et fleur de gros sel ©JulienBinz
Foie gras poché dans un consommé de bœuf, garni avec un peu de légumes et fleur de gros sel ©JulienBinz

Le foie gras poêlé, chutney de rhubarbe, sauce vin rouge vinaigré ©JulienBinz
Le foie gras poêlé, chutney de rhubarbe, sauce vin rouge vinaigré ©JulienBinz

Duo en cuit et cru, chutney de fruits Berawecka gelée de porto ©JulienBinz
Duo en cuit et cru, chutney de fruits Berawecka gelée de porto ©JulienBinz
Par Sandrine Kauffer
Crédit photos ©JulienBinz



Restaurant Auberge du Cheval Blanc
20 rue de Rouffach, 68250 Westhalten.
Tél. 03.89.47.01.16.
Fermé le lundi et le mardi.
Menus : 26€, 38€, 45€, 85€
www.auberge-chevalblc.com



A lire dans la même rubrique...
1 2 3 4 5 » ... 70



VIDEO LES 10 ANS

ABONNEZ-VOUS

Newsletter

Recherche

Facebook
Communiquer sur les Nouvelles Gastronomiques

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires