SOMMAIRE
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
20/06/2012

T.V.A., Smic, apprentissage, site de promotion vus par le Groupement des Hôteliers


Le 19 juin 2012, le Groupement des Hôteliers Restaurateurs et Débitants de Boissons du Bas-Rhin (HRDBR) a tenu son assemblée général annuelle à Scherwiller (près de Sélestat) pour aborder les différents points à l’ordre du jour en présence des délégués des 22 syndicats locaux.

Retour sur les interventions de Mrs Patrick Diebold, président de la Délégation Hôtelière et Roger Sengel, président départemental.



Roger Sengel, président départemental photo DR
Roger Sengel, président départemental photo DR
Si le Groupement des Hôteliers, Restaurateurs et Débitants de Boissons du Bas-Rhin a pour vocation de réunir au sein d’une même structure professionnelle tous les professionnels indépendants du département exerçant le métier d’hôtelier, restaurateur, cafetier, exploitant de discothèque ou bar à caractère nocturne, sa mission consiste à défendre les intérêts de ses adhérents tant sur le plan général qu’individuel.
Aux lendemains des élections, le Groupement pointe avec inquiétudes certaines propositions de la nouvelle majorité présidentielle, qui vont engendrer des remises en question des prérogatives de la profession, notamment la TVA à 7%, l'augmentation du SMIC et les charges sociales inhérentes, la suppression des exonérations de charges sociales sur les heures supplémentaires, ou les congés scolaires. D'autres pratiques professionnelles porteraient atteintes aux intérêts des CHR à l'instar des activités paracommerciales irrégulières, la règlementation excessive, les préjudices des sites de vente en ligne (La Fourchette et Groupon en ligne de mire), alors que des pistes de réflexion pour la valoriser le titre de maitre-restaurateur, le développement de l'apprentissage de qualité, la revalorisation des métiers de salle et d'autres projets, cette fois alsaciens, ouvrent de belles perspectives d'avenir.
Après avoir abordés les différents points de l’ordre du jour (PV AG 2011, rapport d’activité des présidents, rapport financier de l’exercice 2011, la lecture du rapport aux commissaires aux comptes, le vote de l’affectation du résultat 2011, la décharge et quitus au trésorier et au comité), les interventions de Patrick Dieblod et Roger Sengel ont mis en exergue les préoccupations de la profession, suscitant interrogations et débats avec la salle. "Quelles sont les attentes des adhérents ?" interroge Patrick Diebold.

T.V.A., Smic, apprentissage, site de promotion vus par le Groupement des Hôteliers
La promotion, la commercialisation et la communication sont indispensables pour attirer les touristes et les clients dans leurs établissements. Si décembre est un succès commercial indéniable, la période de Pâques mérite, elle, une attention toute particulière. Ainsi, l'opération "Eclats de Pâques", va être étendue sur 3 semaines en avril 2013. Quant aux ADT, fer de lance de cette manifestation, le Groupement souhaite leur réunion, à l'instar du site www.tourisme-alsace.com qui fédère les deux CRT.

Un autre projet, prometteur, porteur d'un prochain buzz, a été présenté par Pierre Siegel. Mais sa faisabilité est encore à l'étude, et nous vous en reparlerons ultérieurement.


RELIRE

Destination "tourisme-Alsace" sur Internet ICI


La TVA à 7% remise en question

"Nous sortons tout juste d’une longue période électorale " introduit Roger Sengel. "Ce qui implique des changements, qui pour certains, ont été annoncés dans le programme électoral, alors que d’autres peuvent surgir à tout moment. "

Le premier point abordé est le taux de TVA relevé à 7 % en début d’année par le gouvernement Fillon. "Mais avant de prendre une décision" poursuit-il, "le gouvernement veut vérifier si nos engagements ont été tenus. Nul n’est besoin de faire une telle vérification " s'indigne Roger Sengel. "Il n’y a pas lieu de nous demander de nouvelles contreparties" fustigeant l'accréditation de la thèse que la restauration française n’aurait pas assez baissé ses prix, dans un contexte de crise économique, "alors que tous les autres engagements ont été tenus" lance-t-il avant d'en faire la démonstration.

- "Si les prix n'ont pas baissé de manière spectaculaire, ils ont eu le mérite de rester stables, et ce, malgré les augmentations significatives des matières premières et des frais de fonctionnement. De vrais efforts ont été consentis

- Les entreprises ont réalisé des investissements pour augmenter la qualité des prestations de leurs établissements, les mises aux normes et accessibilité exigées, ont également générer de l’activité et par conséquent de l’emploi.

- La mise en place de nouveaux avantages sociaux (mutuelle santé, régime de prévoyance, harmonisation des jours fériés avec les autres secteurs d’activité, nouvelle grille de salaires réévaluée et le niveau 1, supérieur de 1 % au Smic national, sans oublier la prime TVA). "


RELIRE
Lettre ouverte de Roland HEGUY Président de l’UMIH ICI
Roland HEGUY Président de l’UMIH  DR
Roland HEGUY Président de l’UMIH DR

La nouvelle majorité annonce un coup de pouce au Smic

" Une augmentation du Smic jusqu’à 1900 € bruts mensuels est irréaliste" déclare Roger Sengel dans son discours, " car au-delà du Smic, c’est toute la hiérarchie des salaires qui doit être réévaluée, car il faudra bien maintenir un écart entre les salariés exerçant des responsabilités et ceux rémunérés au SMIC.

Et toutes ces augmentations de salaires induisent d'ores et déjà le relèvement de charges sociales, qui briserait la dynamique actuelle en matière de recrutement et d’investissement."

La suppression annoncée des exonérations de charges sociales sur les heures supplémentaires.

Comment faire face aux amplitudes horaires et aux fluctuations d'activités saisonnières de la profession?

L'exonération de charges sociales sur les heures supplémentaires était un outil de variabilité pertinent pour les entreprises, surtout celles de - 10 salariés. "On ne peut pas substituer systématiquement aux heures supplémentaires un nouvel emploi" souligne Roger Sengel.

Les rythmes et vacances scolaires

Si la question de l’incidence des rythmes scolaires sur la santé des enfants n'entre pas dans le champs de compétences, de la profession, en revanche, elle demande d’ores et déjà que soit maintenu le week-end de 2 jours

"Le retour à une semaine de 4,5 jours/sem sera préjudiciable aux "courts séjours", qui constituent la part la plus importante de l’activité hôtelière. (...) Nous sommes favorables à l’allongement des vacances de la Toussaint, Noël, février et Pâques et à un raccourcissement des vacances d’été, sous réserve de mettre en place un zonage du type de celui des vacances de février et de Pâques, qui a démontré son efficacité économique.

Concurrence déloyale des activités para-commerciales

Aujourd’hui, de nouvelles formes de "paracommercialisme" se manifestent et se développent de manière dérèglementée, ce qui interpelle le Président et soulève la question des préjudices économiques.

"L’avantageux statut d’auto-entrepreneur a démultiplié l’activité de chef à domicile, perpétré notamment par un certain nombre de nos salariés" relève Roger Sengel, "qui offrent leurs services sous ce statut exonéré, de toutes charges sociales et fiscales, sous un seuil de chiffre d’affaires jamais atteint" précise-t-il. Autre exemple donné; des particuliers, inspirés ou issus des émissions de téléréalité culinaires, "proposent leurs services sur la toile pour vendre des dîners, sans aucune fiscalité, idem pour les agriculteurs et les viticulteurs, qui multiplient les opérations caves et fermes ouvertes"

Si le président souligne la compréhension et la tolérance envers les manifestations des associations bénévoles, il annonce avec fermeté que le Groupement "n'hésitera pas à engager des procédures contre des structures, qui ont une activité commerciale régulière, sans être soumis aux mêmes règles fiscales, sociales, administratives et règlementaires"

Pour une valorisation du titre de Maitre-restaurateur

Regrettant que la campagne de communication promise pour augmenter la visibilité et la lisibilité du titre de Maitre-restaurateur n'ait pas été engagée, Roger Sengel martèle les mots-clés porteurs de savoir-faire et de qualité de ce titre labellisé : "Traçabilité des produits, régionalisme, authenticité, proximité, et professionnalisme "

Si 70 restaurants bas-rhinois ont intégré la démarche qualitative, le Groupement continue d'inciter les collègues à poursuivre la labellisation, la promotion de la qualité et des produits faits maison, enjoignant les restaurants étoilés Michelin à s'engager dans la démarche.

RELIRE
Le Bas-Rhin est le 1er département en nombre de "Maitres-restaurateurs" ICI
T.V.A., Smic, apprentissage, site de promotion vus par le Groupement des Hôteliers

Promouvoir un apprentissage de qualité

" En Alsace, l’objectif du Conseil Régional est de passer de 20.000 apprentis tous métiers confondus en 2012, à 25.000 en 2015. Alors oui, au développement de l’apprentissage, mais d’un apprentissage de qualité, seul garant pour un jeune de trouver un emploi pérenne à l’issue de sa formation" s'exclame Roger Sengel.

Des conditions doivent être mises en places : les maîtres d’apprentissage doivent être des professionnels confirmés, les agréments de formations ne doivent pas être allégés et les apprentis ne doivent pas occuper un poste.

Selon l'assemblée réunies, tous les abus et insuffisances contribueront à porter préjudice à l'apprentissage et ses finalités.C'est la raison pour laquelle "des sanctions, notamment au niveau des aides de la région, mais également de l’Inspection du Travail et des conseils de Prud’hommes, peuvent être prises pour les contrevenants" aaffirme Roger Sengel.

La valorisation des métiers de salle

"Pour assister depuis une dizaine d’années à la lente mais apparemment inexorable dégradation du service en salle" avait déclaré Roger Sengel au café de la Tribune sur le salon Egast 2012, "On ne peut bien sûr qu’applaudir l'initiative des premières Assises Nationales des Métiers de la Salle, qui n’a que trop tardée. Dans les années 70, l’aura de la salle était intacte ! En trois décennies, tout a changé ! Avec un inversement de tendance radical, réduisant le personnel servant à la portion congrue. La technicité des métiers de salle a été remisée au rayon des accessoires inutiles et la notion même de service est devenue totalement obsolète. (...)

"Il nous appartient au niveau régional de relayer l’action menée au plan national par notre collègue Régis Marcon à travailler avec les Lycées Professionnels et les CFA, Cefppa en tête, ainsi qu’avec l’Associatin du Maître d’Hôtel Chef de rang. "

RELIRE
Janvier 2012 : Les "Premières assises des métiers de la salle" ICI
Roger Sengel et Régis Marcon en débat sur le salon EGAST 2010. ©JulienBinz
Roger Sengel et Régis Marcon en débat sur le salon EGAST 2010. ©JulienBinz

Les sites paracommerciaux (Groupon et La Fourchette)

"Après l’hôtellerie, déjà en proie aux contraintes abusives des opérateurs de vente en ligne, (ndlr Expedia et Booking ont été cités) c’est au tour de la restauration d’être la cible du dumping généralisé". (ndlr: Groupon et la Fourchette ont été cités par la salle). "Même des restaurants étoilés Michelin proposent 40% " s'indigne un participant dans la salle. "C'est délétère en termes d'images" répond un autre."

Prenant la parole, Jean-Claude Bader partage son inquiétude "quant au dumping qui touche la restauration. C'est un système efficace car le consommateurs est ravi." reconnait-il.

"Au delà d'une dépendance il y a un préjudice" reprend Roger Sengel, "la profession donne l'illusion aux consommateurs que de tels prix (-40%) sont praticables pour un restaurant. Or le prix de vente ne relève pas du hasard, il doit être élaboré en fonction des charges spécifiques et du niveau de prestations de chaque entreprise. Le brader indéfiniment relève, du suicide et réduire la qualité, donnera au client le sentiment de se faire avoir, de sorte qu’il ne remettra plus les pieds dans l’entreprise concernée."

Patrick Diebold a proposé que les adhérents soumettent des pistes de réflexion et les envoient pas mail au Groupement.

Simplification ou complexité des formalités administratives

Si chaque gouvernement annonce la simplification des formalités administratives, pour Roger Sengel, concrètement, "elles ne cessent de se réinventer et de se complexifier, les nommant "le millefeuille des contraintes administratives". "Bientôt il faudra dans la restauration et l’hôtellerie, comme c’est déjà le cas dans le bâtiment, un collaborateur exclusivement affecté à l’application des règlements administratifs" ironise-t-il.

Citant parmi les mesures les plus récentes, "la formation du personnel aux risques électriques, l’établissement de fiches individuelles de prévention des expositions aux facteurs de risques relatifs à la pénibilité et d’autres encore qui ne manqueront pas de germer dans l’esprit créatif de ces technocrates surdiplômés, qui ont en commun de concevoir dans leur tour d’ivoire des textes et règlements destinés à de malheureuses entreprises, où ils n’ont jamais pris la peine de mettre le pied".

Le président fait appel au bon sens et souligne la nécessité de tenir compte de la taille des entreprises.

Le traditionnel diner s'est tenu A la couronne à Scherwiller

Le Chiotulus A la Couronne. photo DR
Le Chiotulus A la Couronne. photo DR
Plus personne ne souhaitant prendre la parole, l'AG s'est clôturée, ouvrant la soirée avec les vignerons du canton, suivi du repas traditionnel au restaurant A La Couronne à Scherwiller, chez Christine et Didier Roeckel, qui au-délà de présenter leur belle maison, de caractère, ont fait découvrir leur cuisine généreuse et gourmande avec la Ries'Soupe, le fois gras de canard, accompagné de sa gelée au Gewurtraminer, le croustillant de sandre au four, le feuilleté de veau et son jus au basilic pour terminer avec une rafraîchissante fraise melba revisitée.

Une occasion supplémentaire de rencontrer une famille, table, une brigade des plus sympathiques, de visiter des lieux insolites, à l'instar des WC extravagants, ces fameux Chiotulus, qui vous plongent à vingt mille lieux sous la mer au coeur du Nautilus, avec ravissement. Selon la légende, cette idée serait née d'une discussion tardive entre Didier Roeckel et Denis Spielmann, métallier d’art. Bienvenue dans le Nautilus, avec son aquarium en guise de lave-mains, des entonnoirs remplacent les urinoirs et autres curiosités intrigantes et passionnantes, qui confèrent une raison supplémentaire d'y aller.

Les importants investissements ont permis d'entreprendre l'agrandissement des infrastructures à l'arrière du bâtiment, du coin fumeur extérieur, aux nombreuses chambres froides, en passant par le vestiaire des employés, c'est toute l'organisation du service qui vient d'être optimisée, maitrisant les déplacements de la brigade et le flux des marchandises, le tout commenté par un chef-patron, aux faits de son métier.


Par Sandrine Kauffer
Avec le Groupement des hôteliers, restaurateurs et débitants de boissons du Bas Rhin


A la Couronne
2 Rue Mairie 67750 Scherwiller 03 88 92 06 24
www.couronne.com/

Groupement des hôteliers, restaurateurs et débitants de boissons du Bas Rhin
6, Place de Bordeaux 67080 Strasbourg
Tel : 03 88 25 05 15 Fax : 03 88 25 08 46
email : info@g-h-r-d.com
site : http://umih67.umih.fr


A lire dans la même rubrique...
1 2 3 4 5 » ... 70



VIDEO LES 10 ANS

ABONNEZ-VOUS

Newsletter

Recherche

Facebook
Communiquer sur les Nouvelles Gastronomiques

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires