SOMMAIRE
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
19/05/2012

Restaurant Au Moulin; une salle d'été attenante à la terrasse ombragée

Publi-reportage


Au Moulin de La Wantzenau (67), le chef Philippe Clauss se fait l’interprète gastronomique du potager, du verger et de la ferme. "Sa cuisine sublimée par des produits sélectionnés pour leur goût et leur fraîcheur, exige autant d’excellence dans l’assiette du client, que dans la salle et l’ambiance du restaurant. Dès 2007, lorsque le chef a envisagé d’effectuer des travaux d’embellissement et de transformation de son établissement, il a fait appel à Bernard Wilhelm. On y admire aujourd'hui, la récente large baie vitrée, ouvrant sur une magnifique terrasse d’été.

Ainsi se sont succédés, l’aménagement du hall d’entrée (2007), les deux petites salles de restaurant plus intimes et boisées (2009), pour s’achever en 2011, par la grande salle et les toilettes, le tout signé par Bernard Wilhelm, architecte d’intérieur.



Une large baie vitrée donne accès à la terrasse avoisinante ©JulienBinz
Une large baie vitrée donne accès à la terrasse avoisinante ©JulienBinz
De tous les travaux entrepris, l'intervention la plus importante et la plus spectaculaire a été d'ouvrir cette façade, sur toute sa longueur avec la complicité de l’architecte Frédéric Muller, qui fait vivre la salle au rythme des saisons. "Il y avait trois fenêtres et nous avons supprimé les poteaux maçonnés pour les remplacer par des piliers métalliques, de manière à ce que les clients aient l'impression d'être sur la terrasse, à proximité de la nature" explique Bernard Wilhelm. "Les baies vitrées sont en aluminium. Pour les fenêtres, nous avons opté pour des traverses horizontales à mi-hauteur, avec le moins de profils possibles, afin que le client attablé dispose d'une vue la plus panoramique possible sur la nature s'étendant sur 3 hectares aux alentours.

"Dans le cahier des charges que nous lui avons confié" explique Philippe Clauss, "Il y avait une demande d'aérer la salle et de l'ouvrir vers la vue magnifique sur le parc et le jardin potager. Mais aussi, de la rendre plus moderne et contemporaine en gardant cet esprit familial et de campagne, que j'affectionne. Je ne voulais rien d'extravagant, mais un décor intérieur relativement discret, puisque le spectacle est à l'extérieur."

La salle avec son plafond en bois gougé, éclairé par des leds ©JulienBinz
La salle avec son plafond en bois gougé, éclairé par des leds ©JulienBinz
A l’intérieur, contrastant et équilibrant la nature extérieure, une ambiance "sourde" dans des teintes boisées confère à la salle un brin d'intimité. On observe la continuité avec les deux salles plus intimistes de l'avant, grâce à la présence des sièges rouges, cette couleur forte et imposée, qui permet l'interchangeabilité du mobilier. "Je devais conserver cet esprit" souligne l'architecte d'intérieur, " mais être plus expressif dans les tonalités, c'est la raison pour laquelle j'ai utilisé un camaïeux de marrons et taupe et il fallait veiller à ce qu'il n'y ait pas de discordance". L'exercice de style était d'associer le mur jaune de la façade extérieure avec la salle pour qu'il n'y ait pas de rupture. "La terrasse devant être le prolongement de la salle et réciproquement " explique le chef Philippe Clauss. Et la continuité est plutôt réussie" se réjouit-il.

Le plafond en bois gougé, avec sa surface très expressive et son éclairage suggestif, laissant filtrer un filet lumineux de leds, qui change de couleur, encadre, rehausse et donne un coeur à cette salle relativement grande. "Le plafond est un élément fort de la mise en scène" explique Bernard Wilhelm, détaillant l'intégration de la climatisation et des parties perforées pour optimiser l'acoustique. "De même la moquette aux motifs ethniques, au delà de sa beauté esthétique et de ses propriétés techniques, contribue à l'insonorisation de la salle."

Du sol au plafond, les éléments structurels et architecturaux, les choix des matériaux de Bernard Wilhelm, plongent la clientèle dans une ambiance actuelle, en parfaite harmonie avec la cuisine de Philippe Clauss. On parle d’accords mets et vins, Bernard Wilhelm réalise ici les accords "gastronomie et ambiance", "mets et couleurs", "saveurs et lumière", "goûts et matières".

Bernard Wilhelm et Philippe Clauss revoient le projet ©JulienBinz
Bernard Wilhelm et Philippe Clauss revoient le projet ©JulienBinz
Et c'est encore en termes de budget que l'architecte d’intérieur Bernard Wilhelm se distingue. "Je lui avais confié un budget de 200.000€ pour la salle et les sanitaires et finalement, on est bien en dessous du montant, puisqu'il a bouclé le tout avec 170.000€" précise Philippe Clauss, visiblement très satisfait.

"Je suis content pour le client quand on parvient à ce résultat" reprend Bernard Wilhelm "Rien ne nous oblige à aller au bout des budgets, ni d'utiliser des matériaux hors de prix"

"Le projet se construit sur un échange d'idées, de vraies discussions et finalement les premières esquisses correspondaient à ce dont j'avais envie" se souvient Philippe Clauss.

L'architecte d’intérieur est visionnaire, il dessine un projet en tenant compte des envies des clients, leur laissant une liberté d'expression, mais s'assurant de harmonie et la cohérence de l'ensemble. C'est le chef d'orchestre de la faisabilité artistique, normative et budgétaire des travaux, le metteur en scène des goûts du client, s'assurant du maintien et du respect de l'identité et de la personnalité des lieux, permettant à l'établissement de poursuivre avec allant, sa destinée dans le temps.

Les sanitaires en conformité avec les nouvelles normes d'accessibilité ©Boris Selke
Les sanitaires en conformité avec les nouvelles normes d'accessibilité ©Boris Selke
Outre la mise en accessibilité, les sanitaires ont bénéficié du même "lifting" avec une vasque colonne lumineuse et un étonnant tube-robinet suspendu, un enduit mural à base de chaux et un carrelage très "nature."

"Pour les toilettes, j'avais carte blanche" sourit Bernard Wilhelm, appréciant l'exercice ludique et le champ des possibles offert à la créativité. "Mais, elles restent en cohérence et dans les tonalités de la salle, s'ajustant au hall déjà rénové en 2007. C'est important que le client qui se déplace d'un espace à l'autre, sente le même esprit de la maison. Mais au-delà, il s'agissait de faire des plans précis sur l'ordinateur au millimètre près pour les soumettre devant la Commission, qui a vérifié l'accessibilité et a autorisé une dérogation en rapport avec une contrainte technique."

les salles à l'avant plus intimistes ©Boris Selke
les salles à l'avant plus intimistes ©Boris Selke
Le restaurant Au Moulin a une histoire. Dès 1874, c'était un bistrot pour les paysans et les ouvriers qui œuvraient au moulin, à la scierie, au fouloir à chanvre et à la ferme, installés sur les lieux. Depuis Philippe Clauss, successeur de son papa restaurateur, veut conserver des traces de l'histoire des lieux. "Chaque fois qu'il y a des travaux, j'ai toujours conservé une partie de l'ancien", désignant les portes battantes de la grande salle du restaurant, avec des poignées particulières. "C'est le lien vers le passé, il faut respecter le travail bien fait des anciens."

Face au bar du restaurant Bernard Wilhelm se souvient d'avoir déjà travaillé avec le papa de Philippe Clauss. "C'était un de mes tous premiers projets en 1983 et depuis, je suis ravi d'être rappelé pour poursuivre la rénovation successive des lieux."

"C'est évident que nous fassions appel à notre architecte d’intérieur" rajoute le chef de cuisine. "Nous n'avons jamais été déçus" précise-t-il " Je lui ai toujours fait confiance, à tel point que je partais en vacances, et ce même si les délais étaient serrés. Je savais qu'ils seraient respectés. Bernard Wilhelm excelle dans son métier" reprend Philippe Clauss, "Et quand il vient manger dans mon restaurant, je ne voudrais pas qu'il entre en cuisine pour vérifier mes assaisonnement ou la cuisson de mon poisson ! " conclut-il en riant.


Par Sandrine Kauffer
Crédit photos ©JulienBinz ©Boris Selke



Architecte d’intérieur Bernard Wilhelm, architecte Frédéric Muller (MW architectes)
Bureau d’études structure SBE Ingénierie

Les entreprises ayant participé au projet :
Gros-œuvre Bottlaender, menuiserie extérieure TCC, plâtrerie WereyStenger, électricité EFD, sanitaire Moebs, climatisation HCE , peinture et revêtement de murs Diebold, carrelage Koehler, menuiserie Rohmer, revêtement de sol Strasol, miroiterie Wehr, tapisserie Griesemer


Bernard Wilhelm - Architecte d'intérieur
2 rue du Nord
67800 Bischheim
03 88 81 97 44
www.bernard-wilhelm.com

Restaurant au Moulin de La Wantzenau
2, impasse du Moulin 67610 La Wantzenau
Tél. : 03 88 96 20 01.
www.restaurant-moulin-wantzenau.fr


Lire également : Les chambres rénovées Au Moulin de La Wantzenau

RELIRE





A lire dans la même rubrique...
1 2 3 4 5 » ... 66



VIDEO LES 10 ANS

Communiquer sur les Nouvelles Gastronomiques

ABONNEZ-VOUS

Newsletter

Recherche

Facebook
Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires