SOMMAIRE
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
22/07/2009

Monique et Emile Jung honorés par Roland Ries


Une cérémonie a été organisée mercredi soir à l’hôtel de ville, en l’honneur de Monique et Émile Jung. Roland Ries, maire de la ville de Strasbourg a souhaité leur rendre hommage et les remercier pour avoir concouru à promouvoir "Strasbourg l’Européenne" par le biais de leur restaurant gastronomique : Le Crocodile.



Un restaurant bénéficiant d'une renommée internationale

Roland Ries remettant la médaille de la ville à Monique et  Emile Jung
Roland Ries remettant la médaille de la ville à Monique et Emile Jung
" Vous avez contribué au rayonnement international de Strasbourg " s’est enthousiasmé Roland Ries, mercredi (le 08/07/2009). En leur remettant une médaille de la ville gravée à leur nom, le maire de la ville espère leur présence à ses cotés pour continuer de " porter la parole de Strasbourg à l’extérieur".

Très émue, madame Jung a prononcé quelques mots de remerciement, évoquant les souvenirs, ravivant la mémoire de cette très belle histoire d’une vie, d’une passion, d’un couple uni, complémentaire, indissociable, partageant les mêmes objectifs, concrétisant les mêmes rêves.

Pour les Jung, c’est " la dernière page d’une belle histoire d’amour qui se tourne… " (…) "Ce face à face avec la ville de Strasbourg est pour nous l’instant inespéré auquel nous ne pensions guère lorsque nous avons posé nos valises d’espoir, rue de l’Outre, en 1971", (lire l’article : histoire d'une institution. )

Cette médaille est d’autant plus méritée que cela fait plus de 38 ans, que Monique et Emile Jung ont travaillé infatigablement à faire du Crocodile une référence dans le monde de la gastronomie, tout en participant, chaque fois qu’ils étaient sollicités, aux actions en faveur du patrimoine culinaire ou d’œuvres caritatives.

Faire de "Strasbourg, la capitale européenne de la gastronomie"

La présence quasi permanente d’Emile Jung lors du festival Food Culture ces dix derniers jours, témoigne une fois de plus de son engagement pour la renommée de Strasbourg, capitale européenne de la gastronomique.

D'autre part, les plus grands de ce monde se sont régalés dans ce haut lieu des saveurs et des mets raffinés.

Les eurodéputés qui siègent au Parlement européen à Strasbourg ont assidûment fréquentés la table du crocodile.
Historiquement, le célèbre député italien Altiero Spinelli a même fondé le " club le crocodile " en 1980 pour réunir les eurodéputés fédéralistes et soutenir le projet " Spinelli" adopté le 14 février 1984.

Les chefs d’Etats, les politiques, les intellectuels, les sportifs ont été élégamment accueillis par Madame Jung et régalés par le grand chef étoilé. Les derniers, à pouvoir en témoigner, sont Barack Obama et Nicolas Sarkozy lors du sommet de l’OTAN à Strasbourg en avril 2009.

A l'occasion de la présidence française de l'union européenne de Nicolas Sarkozy en 2008, Monique & Emile Jung ont proposé le menu Europa parce que: " Où mieux qu'à Strasbourg, ville qui a participé activement à la construction de l'Europe, pouvait-on relever le défi de créer un Menu rendant hommage à l'Union européenne ? "

Le crocodile entre les mains du dieu Sobeck

Le dieu Sobeck
Le dieu Sobeck
Monique Jung a "confié au dieu Sobeck la charge de porter chance à ses nouveaux maîtres, Philippe Bohrer et Damien Delalleau", leur souhaitant ainsi prospérité et succès sous la protection d’un dieu incarné en crococile.

Le dieu Sobek est le dieu de l’eau, de l’inondation mais aussi de la fertilité. La présence de crocodiles dans le Nil était pour les Égyptiens l’annonce d'une crue favorable aux récoltes.

Pour la petite histoire ...

La légende raconte que le crocodile trônant aujourd'hui dans le restaurant est une conquête ramenée de la fameuse Campagne d'Egypte par le Capitaine Ackermann, aide de camp du Général Kléber. Nostalgique de ses chasses dans le Massif Vosgien, Ackermann s'aventura sur les bords du Nil pour traquer le Crocodile. Un jour, après un combat des plus terribles, il vint à bout d'un crocodile qu'il exhiba, triomphant dans son camp. Souhaitant le ramener chez lui à Strasbourg, il fit empailler son trophée, long de trois mètres. De retour au pays, il acheta une vieille ferme au 10, rue de l'Outre à Strasbourg, la restaura, la transforma en estaminet, y exposa le saurien et le baptisa "Au Crocodile". La nouvelle fit le tour de la ville et tout le monde se pressa pour venir admirer le reptile.

Julien Binz
contact@julienbinz.com


A lire dans la même rubrique...
1 2 3 4 5 » ... 70



VIDEO LES 10 ANS

ABONNEZ-VOUS

Newsletter

Recherche

Facebook
Communiquer sur les Nouvelles Gastronomiques

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires