SOMMAIRE
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
19/01/2019

Michelin Alsace 2019 : 3 étoiles, deux prix pâtisserie et la salle !


Lundi 21 janvier 2019, la cérémonie du Michelin qui s'est déroulée salle Gaveau à Paris a récompensé 75 restaurants, dont 68 nouveaux une étoile. 5 établissements se voient honorés d'une deuxième étoile (Le Coquillage à Cancale (35), AM par Alexandre Mazzia à Marseille (13),  La Maison d'à Côté à Montlivault (41),  David Toutain à Paris 7e et La Scène à Paris 8e. Deux nouveaux trois étoiles ont été annoncés : le Clos des sens à Annecy (74) et le Mirazur à Menton (06), tandis que des pertes historiques ont suscité une grande émotion, notamment en Alsace.
L’auberge de l’Ill avec 51 ans de trois étoiles Michelin sans discontinuité affiche désormais deux étoiles à Illhaeusern. Trois autres restaurants perdent également leur étoile : Le relais de la poste à la Wantzenau, chez Caroline Van Maenen, le Gavroche à Strasbourg, récemment repris par Alexis Fuchs et le Rosenmeer d'Hubert Metz à Rosheim



Les nouveaux étoilés ©cookandshoot
Les nouveaux étoilés ©cookandshoot
Pour les bonnes nouvelles, trois chefs sont montés sur scène sous les applaudissements.

L'Alsace peut s'enorgueillir également du prix de la salle remporté par Sarah Benahmed pour le Crocodile à Strasbourg, tandis que les pâtissiers Jessy Rihnn Auvray de la Fourchette des Ducs à Obernai et Nicolas Multon de la Villa René Lalique à Wingen-Sur-Moder font partie de la sélection des 30 meilleurs pâtissiers montés sur la scène du Michelin.

Jessy Rhinn Auvray (2ème en partant de la droite) fait partie de la sélection des meilleurs 30 pâtissiers
Jessy Rhinn Auvray (2ème en partant de la droite) fait partie de la sélection des meilleurs 30 pâtissiers
"Nous sommes très fiers de lui", mentionne Serge Schaal. "c'est la première fois que le guide Michelin met en avant des pâtissiers et sur 600 établissements étoilés Michelin et donc 600 chefs patissiers, les 30 meilleurs de cette année, ont été distingués. C'est une très belle reconnaissance".

Chatchai et Kriangkai Klanklong ont reçu leur 1ère étoile pour l'Orchidée ©cookandshoot
Chatchai et Kriangkai Klanklong ont reçu leur 1ère étoile pour l'Orchidée ©cookandshoot
Ainsi, l'Orchidée à Altkirch (68) tenue par les frères Kriangkai et Chatchai Klanklong a été récompensée après deux ans seulement d’ouverture. «Vendredi à 11h nous avons reçu un appel. « Bonjour je pourrais parler au chef c’est urgent et confidentiel », raconte Chatchai Klanklong comme si c’était hier. «Vous avez été repérés par nos inspecteurs », s’est-il entendu dire au téléphone. Nous attendions fébrilement un appel, nous avions vu des pronostics sur internet et on espérait. Vous savez, nous sommes partis de pas grande chose, presque de rien pour ainsi dire. En deux ans, on regarde l’évolution. On a ouvert avec une équipe qui n’était pas du métier. Quand j’ai raccroché, j’ai regardé l’équipe et j’ai dit « On va à Paris lundi ! ». Tout le monde a pleuré», confie le jeune chef. C’est presque difficile de garder le secret, nous avons juste appelé mon père, quelle émotion et quelle joie ! »

Un beau parcours pour le Meilleur Apprenti cuisinier du grand Est 2007 formé au Trianon à Saint-Louis, avant de rejoindre le Rendez-vous de Chasse à Colmar notamment avec Julien Binz. Il poursuit en Suisse pendant 4 années au restaurant Sonne, (second puis chef de cuisine) contribuant à décrocher l’étoile Michelin pour cet établissement qui avait déjà 16/20 au Gault & Millau. Avec sa maman Khaï Klanklong, en cuisine et son frère Kriangkai architecte de métier, ils ouvrent l’Orchidée en octobre 2017, proposant une cuisine qui fait la part belle à la Thaïlande, ses saveurs, ses techniques de cuisson, ses épices, mais en association avec des produits de notre région et notamment du Sundgau. Retrouvez un beau reportage dans le magazine Good Alsace N°1.

Jean-Baptiste Becker, Guillaume Besson et Chloé Guth des Funambules ©cookandshoot
Jean-Baptiste Becker, Guillaume Besson et Chloé Guth des Funambules ©cookandshoot
Guillaume Besson, Chloé Guth et Jean-Baptiste Becker sont venus chercher ensemble une belle étoile à accrocher au dessus de leurs Funambules à Strasbourg. Loin d’être en équilibre sur le fil des saveurs, leur cuisine a été remarquée par les inspecteurs. Ils sont venus à trois chercher cette récompense, bien qu'ils aient récemment annoncé que Chloé Guth n’était plus en cuisine. Mais qu’importe cette distinction est le fruit d’un collectif, un jeune trio plein d’avenir.

Formé notamment au Domaine de Rochevilaine, (1 étoile Michelin) à Billiers, chez Richard Coutanceau (2 étoiles Michelin) au Domaine St Martin (1 étoile Michelin), au Crocodile à Strasbourg, Guillaume Besson ouvre en août 2016 les Funambules à Strasbourg avec Chloé Guth en cuisine à ses cotés et Jean-Baptiste Becker le sommelier directeur de salle. Lui aussi passé par de belles maisons comme à l’Auberge de l’Ill, Marc Veyrat Albert 1er, affiche une jolie carte des vins, dont il parle avec modestie. Déjà récompensé par le Gault Millau en 2018 qui leur a attribué le prix de la naturalité pour récompenser la démarche du sourcing du produit, la valorisation du terroir et la fine sélection

Une étoile pour La Carambole : Francis Scordel et Bertrand de Charnace©cookandshoot
Une étoile pour La Carambole : Francis Scordel et Bertrand de Charnace©cookandshoot
Enfin, une belle surprise, la Carambole, qui espérait cette distinction depuis quelques années. Frédéric Lefèvre, qui y a officié pendant 10 ans, a quitté l’établissement en septembre, remplacé par Francis Scordel, Maitre Cuisinier de France passé par Oustau de Baumanière ou encore les Crayères à Reims. Ce finaliste du MOF cuisine 2015 a signé la carte de la Carambole depuis le mois d'octobre 2018 et saura, à ne pas en douter, tenir la distinction. Venu avec le gérant du restaurant Renaud Arzel, ce dernier a salué le travail de Frédéric Lefèvre qu’il souhaite associer à cette distinction.

Enfin, la région peut s’enorgueillir d’un très beau prix, celui de l'Accueil et du service en Salle décroché par Sarah Benahmed du Crocodile à Strasbourg. C’est une toute première édition et Sarah Benahmed entre dans l’histoire de ce prix décerné pour la première fois dans l’histoire du guide, ainsi que le prix de la sommelier et du chef durable (lire l'article ICI

Sarah Benahmed a bouleversé l’auditoire en évoquant la passion pour son métier. Pleine de sensibilité et d’émotion, elle a remercié Franck « son amour », les chefs qui leur ont fait confiance notamment à la Pinède à St-Tropez, où elle a particulièrement remercié Arnaud Donckele et Thierry Di Tullio qui lui a tout appris avec générosité, mais aussi Yannick Alleno, présent dans la salle.
« Ce prix fait du bien à toute l’équipe, qui a souffert récemment [ndlr : avec l'attentat de Strasbourg] », confie-t-elle, rendant hommage à Cédric Moulot, le propriétaire du restaurant.

Sarah Benahmed remporte le prix de l'Accueil et du Service ©cookandshoot
Sarah Benahmed remporte le prix de l'Accueil et du Service ©cookandshoot
A 28 ans, Sarah Benahmed se targue d'un joli parcours en France et à l'étranger. Formée pendant 5 années chez Arnaud Donckele à la Vague d’Or, La Pinède à Saint-Tropez par Thierry Di Tullio, passant par l'Asie chez Laurent Peugeot à Singapour en 2011 pour faire l’ouverture du Charlemagne. Retour en France, au 1947 du Cheval Blanc à Courchevel chez Yannick Alléno, puis direction la Chine pour prendre la direction du Temple Restaurant Beijing à Pékin. En 2017, avec Franck Pelux en cuisine, ils acceptent la direction du Crocodile.

Les inspecteurs ont été unanimes, elle insuffle sérénité et magie dans la salle historique.
D’une bienveillance et d’une élégance rare, elle invite à la douceur d’un service, évoluant telle une danseuse, sur la pointe des pieds, discrète mais ô combien efficace dans l’organisation du service. Elle incarne cette nouvelle génération, qui embrasse la profession des métiers de la salle avec distinction, chic et humilité. Acclamée par la salle, la jeune et talentueuse Sarah Benahmed a fait sensation. Elle succède avec magie avec Monique Jung, où la simple comparaison des chignons serait réductrice pour ces deux grandes dames de la salle. Une grâce étoilée plane désormais sur le crocodile.

Par Sandrine Kauffer-Binz
Crédit photos Michelin



RELIRE



A lire dans la même rubrique...
1 2 3 4 5 » ... 63



ABONNEZ-VOUS

Nos partenaires

Newsletter

Facebook


Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires