SOMMAIRE
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
09/01/2013

Les vœux 2013 du père Zenner


Non, je ne vous ai pas oubliés, cher lecteurs et lectrices assidus de mes chroniques, mais j'ai passé 32 jours, enfermé à Colmar dans une cabane en bois à servir du vin chaud et des mauvais sandwichs. Puis j'ai passé une semaine à oublier, à décompresser, à ne rien faire, laissant l'oisiveté me gagner sans jamais m'ennuyer.

Cette nouvelle année, je ne vous la souhaite pas bonne mais excellente! Vous ferez sans nul doute possible le nécessaire pour qu'elle se passe au mieux, je ne m'inquiète pas! Je ne vous souhaiterai pas non plus la santé car on l'a ou on ne l'a pas, quelque fois qu'à moitié. La santé ça va ça vient. Point d'hypocrisie donc! Emile Jung a écrit dans son ouvrage "Le livre de ma vie" que nous avions tous "un capital santé" qu'il faut préserver. Merci homme sage. Depuis que j'ai lu tes propos, j'entretiens donc ma mécanique.



"Rire, c'est un peu comme faire l'amour ou déguster une poularde de Bresse truffée ou un Meursault"
"Rire, c'est un peu comme faire l'amour ou déguster une poularde de Bresse truffée ou un Meursault"
La santé c'est comme une voiture. Sa longévité dépend de la manière dont on roule, du nombre de kilomètres parcourus, de la façon dont on l'entretient et de la nature du carburant.
Au seuil de cette nouvelle année, quitte à m'attirer les foudres de quelques collègues, je vous souhaite de ne pas trop travailler. Car l'excès de travail tue. Certes, on peut oublier son existence de mortel dans le travail. Mais économisez-vous! Prenez-vous le temps de prendre le temps. Seize heures par jour, sept jours sur sept, 340 jours par an: voilà de quoi attaquer gravement votre capital santé et entretenir du stress qui est, rappelons-le, une des trois causes principales des maladies cardio-vasculaires dont un Alsacien sur trois décédera statistiquement.

J'en connais plus d'un qui est mort d'avoir trop travaillé. Mort trop tôt sans avoir vécu. Mon beau frère boulanger-pâtissier, qui cultivait le travail comme une des valeurs essentielles de son existence, érigeant au plus haut point cette valeur comme un des piliers de la société, bossait plus que de raison. Au bout de cinq années, il s'octroie enfin une semaine de vacances en famille, à la plage. Son corps et son mental ne l'ont pas supporté. Sur le sable, son corps s'est tétanisé. Les ambulanciers sont venus le chercher. Quelques années après, il nous a quitté à l'âge de quarante deux ans. Et puis d'autres copains tués par le stress et les soucis bancaires! Alors cette année, que le temps disponible soit votre luxe! Du temps pour vivre, écouter, lire, voyager, aimer, manger... Et je fais la nique aux vieilles phrases molles et insipides car l'argent participe au bonheur, mais point trop n'en faut. Je connais des gens modestes heureux et libres, d'autres aisés, angoissés et malades...

Pour 2013, je vous souhaite de prendre du plaisir à manger, au moins trois fois par jour. C'est un minimum! Je mange autant pour vivre que je vis pour manger, n'en déplaise aux moralistes et prédicateurs de tous poils! Pour subsister, notre corps doit brûler du carburant: qu'il soit de la meilleure qualité ! Quitte à avoir un excès de cholestérol et de triglycérides, qu'il soit de nature noble, issu de porcs gras fermiers élevés en liberté sur nos hautes chaumes, nourri de petit lait et de pommes de terre, vautré à digérer insouciamment dans la paille fraiche. Quoi de plus idiot que de mourir d'une artère bouchée par Mac Do, Nestlé, Danone, Nutella, Végétaline et compagnie?

Les anciens n'ignoraient pas le fait qu'on "est ce que l'on mange". Dans tous les livres de cuisine, il existait des traités sur les bouillons de santé, des formules et des recettes pour prévenir les excès de table. Brillat Savarin a écrit : " Qui s'enivre en buvant et s'indigeste en mangeant ne sait ni boire ni manger" Que cet aphorisme soit votre devise! Prenez plaisir à manger, encouragez l'économie locale, les circuits courts, nos paysans et nos artisans! Prenez vous le temps d'aller à la rencontre de ceux qui cultivent la terre, sur des marchés ou dans leurs fermes. Mangez les produits de saison, boycottez les sodas et les nourritures industrielles, résistez!

Chouchouter aussi votre santé mentale. Faites l'amour autant de fois que l'occasion se présentera. C'est bon pour le corps et pour l'esprit. L'amour, c'est encore une des seules choses qui ne peut pas s'acheter: c'est le même tarif pour les pauvres comme pour les riches. C'est profondément humain, universel, vital. Faire l'amour, ça détend, ça déstresse, ça vous envoie deux kilos d'endomorphines, les mêmes que les héroïnomanes ou les cocaïnomanes cherchent dans la poudre blanche. Et puis c'est si bon, les caresses, les mots doux, quand les grandes ivresses de l'amour me prennent comme un gamin, quand les émotions me submergent, me transportent loin, nous deux seuls au monde, sur un nuage de coton immatériel. Dans le sérieux magazine "Science et Vie" j'ai admiré le scanner du cerveau d'une femme en plein orgasme. Incroyable: toute la matière cérébrale était illuminée d'éclairs bleus, rouges, jaunes! Un feu d'artifice! Le 14 juillet place du Trocadéro! Le Silver Star des neurones! Le grand huit du soixante neuf! De quoi recharger les batteries pour quelques temps...

Merci donc aux scientifiques de m'avoir éclairé sur ce point. J'imagine le cobaye féminin, la tête dans le tube du scanner, pendant que Monsieur boulote Madame, ardent à la manœuvre, sous l'œil scientifique et totalement désintéressé des blouses blanches! Moins poétique maintenant, mon vieux chef de cuisine affirmait "Qu'un coup perdu ne se rattrape jamais!" Brave homme, il est mort célibataire, lui qui affirmait encore qu'une partie de jambe en l'air d'une demi-heure équivaut à gravir d'un bon pas, le sentier d'Ottrott au Mont Saint-Odile!

"En 2013 prenez du plaisir, amis cuisiniers et cuisinières, à exercer le plus beau métier du monde!
"En 2013 prenez du plaisir, amis cuisiniers et cuisinières, à exercer le plus beau métier du monde!
Et puis positivez! Laissez-vous gagner par l'optimisme! Arrêter de regarder à la télé les grands messes du 13 et du 20 heures. Servez-vous des journaux pour allumer le feu, protéger le fond du panier à champignons, fabriquer des briquettes, caler un colis Colissimo, garnir les chaussures pour qu'elles ne se déforment pas et bricoler avec les enfants des grosses têtes pour carnaval. Ne jouez pas le jeu des médias qui vivent de vos angoisses et de vos peurs. Reprenez-vous que diable! Le monde continuera de toute façon sa course folle. Je suis content d'être Français. J'ai voyagé dix ans dans ma vie et je suis content d'avoir la nationalité française. Je n'aimerai pas dans le monde d'aujourd'hui être Nigérien, Burkinabais, Togolais, Indien, Syrien, Egyptien, Israélien, Tunisien, Russe, Bolivien, Péruvien, Mongolien, Chinois et j'en passe... Je suis heureux d'être Français, je me sens libre... Alors au diable mes petits soucis quotidiens et les tracas de la vie. Si je renâcle chaque fois à payer mes divers taxes et impôts, je le fais au nom de la solidarité. Et j'achète ma liberté!

Voilà pour mes vœux 2013! Et n'oubliez pas de rire. Il paraît que l'Homo Sapiens est la seule espèce à posséder cette faculté, bien que Léa, ma fille m'assure avoir déjà vu mon chien se fendre...la gueule!
Rire, c'est un peu comme faire l'amour ou déguster une poularde de Bresse truffée ou un Meursault: ne vous en privez pas pour ce nouveau millésime 2013 !

Et prenez du plaisir, amis cuisiniers et cuisinières, à exercer le plus beau métier du monde!

Par Daniel Zenner


RELIRE toutes les chroniques de Daniel Zenner


A lire dans la même rubrique...
1 2 3 4




VIDEO LES 10 ANS

ABONNEZ-VOUS

Newsletter

Recherche

Facebook
Communiquer sur les Nouvelles Gastronomiques

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires