SOMMAIRE
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
31/01/2011

Les portraits de Fouday 1/2 : Vartan Arménian

Publi-reportage


La famille de Gérard Goetz, Hotel-restaurant "Julien" à Fouday a envie de vous faire découvrir et de mettre à l'honneur deux de ses employés, qui, par leur parcours atypique et leur courage, suscitent l'admiration et l'affection de la famille, parmi laquelle, ils ont une place toute particulière.

Vartan Arménian et Yoichi Kishida (article à suivre) ont en commun une origine lointaine et une personnalité attachante.
Entre le "réfugié" apatride qui a entrepris un véritable parcours du combattant pour rester en France et celui qui a débarqué un matin avec un simple sac à dos, ne sachant ni parler le français, ni où il allait passer la nuit, nous allons vous conter deux histoires personnelles, deux jeunes itinéraires remarquables.



Julien à Fouday, plongé dans l'ambiance de Noel 2010. photo ©J. Binz
Julien à Fouday, plongé dans l'ambiance de Noel 2010. photo ©J. Binz
Hélène Goetz, l'aînée de la famille, confie : "nous avons vraiment beaucoup de chance de les avoir dans notre équipe. Ce sont des cadeaux de la vie, sur un plan professionnel mais aussi personnel. On espère les garder près de nous le plus longtemps possible".

Marylène Goetz, l'épouse de Gérard et maman d'Hélène, confie : " Vartan est un exemple pour les autres, ils peuvent se rendre compte de la chance qu'ils ont, et ça les remotive".

Chez Julien, Vartan Arménian est un exemple pour les autres. photo ©J. Binz
Chez Julien, Vartan Arménian est un exemple pour les autres. photo ©J. Binz
Originaire d'Arménie, Vartan Arménian porte bien son nom. "Cela n'a pourtant rien à voir avec le pays", précise-t-il, "Armen est un prénom, et chez nous, tous les patronymes finissent par "nian". D'ailleurs le vrai nom de Charles Aznavour est Aznavournian et Sylvie Vartanian, mais ils ont francisé leur nom".

Né et élevé en Russie, Vartan n'arrive cependant pas à y obtenir sa régularisation. À 17 ans, il décide de quitter Moscou et sa famille pour tenter sa chance plus à l'ouest. Il rêve de la France, ce pays qu'il sait "accueillant et ami des Arméniens". Hélène relate avec émotion qu'il est arrivé fin 2006 dans des conditions "difficiles, voire dangereuses". Il est reccueilli dans un foyer d'accueil strasbourgeois. Il ne connaissait personne.

photo ©J. Binz
photo ©J. Binz
"J'étais mineur et il fallait que je sois scolarisé" nous explique Vartan." J'ai choisi la restauration parmi les formations proposées. J'ai été inscrit au lycée hôtelier Alexandre Dumas d'Illkirch et j'ai obtenu mon diplôme BEP. C'est grâce à mon professeur de service, Odile Rapaille, que j'ai pu faire mon premier stage chez Julien pendant la période des fêtes de Noel"

Vartan Arménian débarque par le train le 24 décembre 2007. "C'était un peu notre cadeau de Noël", nous dit Hélène en souriant.

De F à D : Vartan Arménian, Eleonore, Helène & Gérard Goetz et Yoichi Kishida.photo ©J. Binz
De F à D : Vartan Arménian, Eleonore, Helène & Gérard Goetz et Yoichi Kishida.photo ©J. Binz
Ses premiers pas sont cocasses. "Au début, il y avait quand meme le probleme de la langue. Je ne comprenais pas toujours bien ce que l'on me demandait et je me trompais parfois de table", dit-il, amusé. " Maintenant, je parle le russe, l'arménien, l'ukrainien, le français, un peu l'anglais". Il ajoute malicieusement : "et peut-être bientôt l'alsacien !".

Marylène se souvient bien de ses débuts. "Le premier soir, pendant le service, il m'a tapée sur l'épaule pour me dire de débarrasser une table. Je lui ai donc expliqué que ce n'est pas ainsi que nous procédions". Elle rit à l'évocation de ce souvenir. "C'est un super gamin, très gentil, il s'est très vite adapté. Il est rapidement devenu le chouchou de la maison".

Complices, Vartan, Hélène et Eléonore se prêtent au jeu des photos.  ©J. Binz
Complices, Vartan, Hélène et Eléonore se prêtent au jeu des photos. ©J. Binz
Un coup de coeur réciproque

"Pendant les deux ans de ma formation au lycée, je suis revenu dès que je pouvais : en stage, en extra le week-end et pendant les vacances. J'avoue que je n'étais pas très curieux de découvrir d'autres établissements, et surtout, je me sentais si bien chez Julien". Eléonore ajoute : "maman est très maternelle, elle a tout de suite pris Vartan sous son aile. Le sachant seul en France, on s'est très vite senti naturellement responsable".

Vartan est ému et reconnaissant de l'accueil et de la gentillesse qu'il a trouvés à Fouday. "C'est une famille très attentionnée et qui s'inquiète vraiment pour moi. Je ne peux dire que des bonnes choses sur eux. Et surtout, je les remercie".

Vartan, c'est le folklore de l'est .photo ©J. Binz
Vartan, c'est le folklore de l'est .photo ©J. Binz
Mais pour Vartan, rester chez Julien, fut un véritable parcours du combattant administratif et judiciaire.

Pourtant doté d'un bon dossier (bonne maîtrise du français, diplôme scolaire, intégration sociale et insertion professionnelle réussies), il voit sa première demande de régularisation rejetée. "Ca arrive dans 90% des cas", précise-t-il, "il ne faut jamais abandonner et faire appel". Soutenu par la famille de Gérard Goetz, Vartan fait appel auprès de la Cour Nationale du Droit d'Asile. "C'est vrai que les très bons certificats de stage, les lettres de recommandation de la famille Goetz et la promesse d'embauche, m'ont beaucoup aidé".
Une première victoire en janvier 2009, il obtient un titre de séjour de 10 ans. "Depuis, c'est une nouvelle vie qui commence pour moi, j'espère obtenir un jour la nationalité française".

Vartan joue du piano pour les clients de Julien tous les mardis soirs. photo ©J. Binz
Vartan joue du piano pour les clients de Julien tous les mardis soirs. photo ©J. Binz
A 21 ans, Vartan fait partie intégrante de la brigade.
Cuisinier de formation, il a trouvé sa place en salle. Hélène Goetz valorise ses compétences et sa polyvalence : " Il passe de la cuisine à la salle avec une grande aisance. Il a un bon sens relationnel, de l'humour et il est très apprécié par nos clients. Vartan, c'est le folklore de l'est", poursuit-elle. "De plus, son service est un vrai spectacle. Quelle que soit la charge sur le plateau, il le porte sur 3 doigts. Il est incroyable !
Puis, elle relate quelques bribes de vie à Moscou, son travail sur des marchés à porter de lourds paniers sur la tête ou son rôle de contorsionniste dans un cirque.

Le piano lui rappelle Moscou et sa famille. photo ©J. Binz
Le piano lui rappelle Moscou et sa famille. photo ©J. Binz
Mais Vartan Arménian est aussi un pianiste autodidacte très doué. "Je ne sais pas lire pas le solfège, j'ai appris à l'oreille. Nous avions un vieux piano à la maison. Je l'ai accordé et m'y suis assis tous les jours pendant deux ou trois heures. Une vraie passion".
Vartan joue pour les clients tous les mardis soirs et il remplace parfois l'orchestre au pied levé. "Je joue pendant l'apéritif, puis je sers les entrées, puis je retourne jouer un morceau et ainsi de suite".
Un ravissement pour le public, qui interrompt ses conversations lorsque Vartan laisse courir ses doigts sur les touches blanches et noires, avec allégresse et dextérité. Et un plaisir emprunt de douce nostalgie pour le virtuose du piano "Jouer me rappelle la Russie et ma famille", confie-t-il, avec cette classe slave et le regard profond et soutenu de ceux qui ont déjà beaucoup vécu.

Visionner l'album photos de Julien à Fouday

Hotel-Restaurant Julien
67 130 Fouday
03 88 97 30 09
www.hoteljulien.com

Visionner l'album photos de Julien à Fouday en diaporama




A lire dans la même rubrique...
1 2 3 4 5 » ... 67




VIDEO LES 10 ANS

ABONNEZ-VOUS

Newsletter

Recherche

Facebook
Communiquer sur les Nouvelles Gastronomiques

Nos partenaires

Nos partenaires


Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires