SOMMAIRE
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
05/12/2011

Le Parc à St-Hippolyte: un Hôtel-restaurant à (re)découvrir !


Cheminant sur la route des vins et apercevant au loin le château du Haut-Koenigsbourg, nous faisons une halte (re)découverte et gastronomique à l’hôtel-restaurant Le Parc à Saint-Hippolyte (68) chez la famille Kientzel, qui voit l'arrivée dans ses cuisines, de l’Alsacien Jérome Jaegle, candidat français au Bocuse d’Or 2011, qui s’est hissé à la 4eme place du plus prestigieux concours international culinaire.

Nous vous l’avions annoncé en septembre dernier, Jérome Jaegle est de retour pour prendre la direction des cuisines du Parc à Saint-Hippolyte (68) chez Carmen et Joseph Kientzel et leur fille Claire Huss.



Hôtel-Restaurant Spa Le Parc à Saint-Hippolyte. ©DR
Hôtel-Restaurant Spa Le Parc à Saint-Hippolyte. ©DR
Jérôme Jaegle, le candidat français au Bocuse d’Or, a choisi de revenir dans sa région et de "se poser" au Parc à Saint-Hippolyte, après avoir considéré plusieurs belles propositions professionnelles. C’est un choix de cœur et de raison, mais aussi un pari fait sur l’avenir et le compétiteur, a toujours à cœur, de relever des défis. "De toutes les propositions qui m'ont été faites, celle-ci correspondait le plus à mes attentes"
Le jeune chef de 32 ans aurait pu reprendre "par facilité" une adresse déjà distinguée par le Michelin, mais il considère qu'au Parc, il évolue dans un très bel outil, dont il ressent parfaitement le potentiel. "C’est une belle maison" dit-il, "qui pourrait devenir une grande table" poursuit-il, "mais cela ne se fera pas en 6 mois". Et le "maestro" des fourneaux recherchait un endroit où "il puisse être libre de s’exprimer".

Depuis septembre 2011, Jérome Jeagle est le nouveau chef de cuisine du Parc
Depuis septembre 2011, Jérome Jeagle est le nouveau chef de cuisine du Parc
Le Parc à Saint-Hippolyte bénéficie d’un très beau cadre, au calme, avec la forêt à proximité, ce qui ravit le chef qui savoure ses sorties "pêche" et "cueillette". L'environnement est remarquablement séduisant, l'histoire et l’énergie déployée par la famille désireuse "d'aller toujours de l’avant" l'auront convaincu de s'y établir quelques temps.

En effet, plus de 2.500.000€ ont été investis ces dernières années pour rénover, agrandir, embellir les chambres, la façade, le Spa, les cabines de soins, ou encore créer une terrasse extérieure. Les changements font leur effet dès votre arrivée, la réception classieuse et sobre à la fois, donne le ton de la (re)découverte.

Joseph Kientzel, plus entreprenant que jamais, annonce d'ores et déjà le prochain site Internet conçu par Apicius (MOF "Conception et développement de site internet") mais aussi l’aménagement du caveau en seconde cuisine, la création de 10 chambres supplémentaires en 2013, ou encore le rafraichissement de la salle du restauration gastronomique.

J. Kientzel, J. Jaegle, C. Kientzel et C. Huss avec sa petite fille, à la réception de l'hôtel
J. Kientzel, J. Jaegle, C. Kientzel et C. Huss avec sa petite fille, à la réception de l'hôtel
En cuisine, Jérome Jaegle remplace un chef alsacien, son ancien chef de partie, alors qu’il était apprenti à l’auberge du Père Floranc et qui l'avait accueilli dans sa cuisine du Parc à l’époque de son entrainement pour le Taittinger.

Le chef se plait également à se remémorer la formidable soirée de gala organisée le 20 décembre 2010 au Palais des Congrès et de la Musique de Strasbourg, "par la grande famille de la restauration alsacienne", la Région et les ADT pour le soutenir et lui permettre de boucler son budget. "C’était magique" se souvient-il, "encore aujourd’hui j’ai envie de leur dire merci ! En Alsace, il y a des valeurs, que je partage et qui sont aussi mes racines".

Le restaurant gastronomique Josephine, au fond sa rotonde et la terrasse extérieure
Le restaurant gastronomique Josephine, au fond sa rotonde et la terrasse extérieure
Il aime raconter que ses parents habitent juste en face du Chambard à Kaysersberg, "le plus beau village du monde" sourit-il, narrant l’anecdote du panneau à l’entrée du village, et c’est avec joie qu’il rentre à la "maison", tel un retour aux sources après 18 mois de compétition intensive. Sa compagne, Hélène Pezzoli, fort de son expérience dans l’aventure du Bocuse d’or, entreprend une reconversion dans la communication.

Quelques semaines ont été nécessaires à Jérôme Jaegle, pour compléter sa nouvelle brigade et mettre en place une carte qui lui corresponde, que se soit au restaurant gastronomique "Joséphine" ou à la winstub "Rabseppi-Stebel", et le voilà fin prêt à nous recevoir pour un reportage exclusif.

En 1982, la brasserie est transformée en Winstub Rabseppi-Stebel
En 1982, la brasserie est transformée en Winstub Rabseppi-Stebel
C’est avec un plaisir non dissimulé que nous découvrons ce "nouvel établissement" tant de changements et investissements ont été opérés, tout en douceur, avec charme et sobriété par Carmen et Joseph Kientzel et leur fille Claire Huss, (quatrième génération de Kientzel), qui en 2000 a rejoint l’entreprise. A 34 ans, diplômée d’un BTS au lycée hôtelier Alexandre Dumas, et d’une formation en Management au Cefppa d’Illlkirch, Claire Kientzel, -mariée Huss- a toujours travaillé dans l’établissement en extra, avant de partir se former à la Tour Blanche à Toulon, aux Marmottes aux Deux Alpes, à l’Auberge de l’Ill à Illhaeusern, à la grange à sel au Bourget du Lac, ou à la Ferme aux Grives à Eugénie les bains, avant de devenir l'assistante de direction de l’Hôtel Restaurant Le Parc et depuis 2009, en assumer la co-gérance avec son papa.

Les chambres, toutes personnalisées, ont été rénovées.
Les chambres, toutes personnalisées, ont été rénovées.
À l'origine, l'établissement était constitué d'une unique winstub fondée par les grands-parents de Joseph Kientzel en 1924, année durant laquelle Joseph et Marie-Madeleine reprennent l’affaire de Lucien Stiehl, qui exploitait "Zum Lustgarten", pour ceux qui s’en souviennent.

Plus d’un siècle d’histoires culinaires dans cette maison, qui vit affluer de nombreux touristes étrangers, acheminés autrefois jusqu’à la gare de Saint-Hippolyte, avant que les réseaux d’autocaristes ne prennent le relais. À la disparition accidentelle du grand-père de Joseph, qui travaillait également à la maison des Têtes à Colmar, en tant que caviste, son fils René reprend l’exploitation de la brasserie avec son épouse Odile.
Le restaurant Le Parc est au premier tournant de son histoire ; en 1969 la gloriette est transformée en salle à manger et en 1974, les 12 premières chambres sont créées.

Dès 1992, la piscine est construite, en 2011 le nouveau Spa est inauguré. DR
Dès 1992, la piscine est construite, en 2011 le nouveau Spa est inauguré. DR
En 1982, second volet de la saga du Parc avec l’arrivée aux responsabilités de Jospeh Kientzel et son épouse Carmen.
Ils auront à coeur d'oeuvrer avec passion dans cette demeure, qui a vu naitre Joseph Kientzel, sa grande tante étant sage-femme
.
Ensemble, ils agrandissent la capacité hôtelière de 14 chambres supplémentaires et transforment la Brasserie en winstub, récompensée en 2007 d'un Bib Gourmand par le guide Michelin.

Dès 1992, l’opportunité d’acquérir les terrains limitrophes permet d’engager d’énormes travaux de transformation et de rénovation ; avec la construction d'une piscine intérieure avec balnéo, de 4 salles de séminaires modulables, du restaurant gastronomique Joséphine, d'un jardin d’agrément et d'un parking extérieur. Aujourd’hui, Le Parc compte 26 chambres rénovées (2005-2010) toutes personnalisées, et 6 appartements en Duplex, pensés avec charme, mariant confort douillet et contemporanéité.

Les équipements et prestations de l'espace Spa sont repensés. DR
Les équipements et prestations de l'espace Spa sont repensés. DR
L’espace Spa s’est offert un relooking. Piscine couverte et chauffée à jets de massage et bain bouillonnant, abrités dans un ancien séchoir à tabac reconstitué, dont l’ambiance boisé "haut de plafond" avec son architecture de poutres apparentes, donne un cachet inégalé à ce lieu dédié au bien-être.

Une nouvelle salle de fitness et "tisanerie", viennent compléter l'offre détente, avec les cabines de soins, le jardin d’été et l’aménagement d’une terrasse attenante à la rotonde. Pour flâner, boire un verre ou prolonger une soirée, rendez-vous au Chambellin, le bar cosy à ambiance musicale.

On se réjouit d'observer l'évolution et la marche en avant de cet établissement, boostées, sans aucun doute, par l'arrivée de Jérome Jaeglé.

Lire également : Le Parc à Saint-Hippolyte ; à la table de Jérôme Jaegle


Par Sandrine Kauffer
Crédits photos ©JulienBinz sauf DR

Nouvelle cabine de soins (à droite) le bar Chambellan. DR
Nouvelle cabine de soins (à droite) le bar Chambellan. DR
Hotel/Restaurant LE PARC
6, rue du Parc
68590 SAINT-HIPPOLYTE
Tél : +33 (0)3 89 73 00 06
www.hotel-le-parc.fr

Voir l'album photos du Parc à Saint Hippolyte



A lire dans la même rubrique...
1 2 3 4 5 » ... 70



VIDEO LES 10 ANS

ABONNEZ-VOUS

Newsletter

Recherche

Facebook
Communiquer sur les Nouvelles Gastronomiques

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires