SOMMAIRE
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
27/10/2019

Insolite, un restaurant dans un musée !


Il y a deux ans, Alain Schmitt a fait le pari de reprendre le restaurant du Musée à Fréland au cœur du pays welche au pied des Vosges. L’ancien musée, confère un cachet à la fois insolite et authentique à la salle de restaurant, exposant des objets anciens. Dans cette demeure atypique, le chef Alain Schmitt propose des recettes originales et créatives récompensées en 2018 par le guide Michelin, d’un Bib Gourmand, un prix qui valorise l’excellent rapport qualité-prix de la cuisine.



Un lieu atypique, certes, mais une émotion à couper le souffle une fois les portes franchies, voilà ce qu’avait ressenti Alain Schmitt fin 2016, quand il visitait cet espace vide, ravagé par un incendie, trois ans auparavant.

Au bout de 20 ans de métier, il souhaitait s’installer et bâtir son entreprise. Frélandais d’adoption et par mariage, il avait eu l’occasion d’admirer cette grande bâtisse. L’admiration se transforme en coup de cœur, puis le projet se concrétise le 7 octobre 2016. Alain Schmitt a rapidement pris ses marques dans cet ancien moulin posé au bord de l’Ure.


Totalement restaurant et un peu musée

L’originalité du lieu participe à l’ambiance particulière qui s’en dégage. Car le Musée du pays Welche existe toujours, à côté du restaurant, voire à l’intérieur de celui-ci.

Surplombant la salle à six ou sept mètres du sol, une passerelle relie entre elles, deux salles du musée. Si l’effet « cathédrale» et le grand volume surprennent à l’arrivée, l’ensemble est agréable, sans sensation de vide.

La décoration est authentique, épurée, exposants des objets anciens. Faites le tour du restaurant pour admirer outils, objets et instruments anciens à l’instar de ces vieux skis alpins, colliers de labours, scie de bûcherons ou encore de beaux alambics cuivrés.

les tables en mezzanine
les tables en mezzanine
« Le lieu est beau et grand avec beaucoup de bois, ce qui donne une certaine hauteur. Les clients adorent monter sur notre mezzanine, chic et intimiste. Quelques tables surplombent l’entrée et la salle de restaurant, il y a une table privilégiée, toujours très demandée », précise le chef. « J’ai choisi cette décoration douce pour apporter une vraie touche de modernité, je voulais que cet endroit me ressemble tant dans la décoration que dans les plats de ma cuisine », souligne Alain Schmitt

Le restaurant du musée expose des artistes. Pendant votre repas, mirez les toiles de son amie Rikia Ferrer qui tient une galerie d’art à Riquewihr. « Les œuvres sont renouvelées régulièrement, une façon de projeter les convives dans un décor évolutif et de valoriser les artistes ».

Dans l’assiette, le terroir et la tradition sont revisités

Au restaurant du musée, une belle cuisine du marché, sublimant le terroir et le revisitant version contemporaine, est saluée par les guides gastronomiques (1 toque au Gault&Millau).

« J’aime remettre certaines recettes au goût du jour. L’art culinaire requiert de l’imagination et de l’innovation », s’enthousiasme le chef. « Je réinterprète des classiques pour les revisiter, comme ce lièvre à la royale devenu un canard col vert à la royale, par exemple. La souris d’agneau et le paleron de veau sont cuits à basse température, tout en douceur, pour préserver leur tendreté et leur jus ». Son objectif : surprendre et faire plaisir à ses clients, en faisant au maximum travailler les producteurs des environs ; les glaces proviennent la Ferme Didierjean, le fromage de la Ferme Laurent et le pain de chez son voisin Mistler.

A la carte, les huitres sont pochées en cuisson douce, et servies avec une mousse au raifort et des pommes Granny Smith. Les oignons, produit phare d’une entrée, sont confits, agrémentés de miel et petits croutons, servis en soupe, copeaux de lard de Colonnata. Le dos de sandre rôti sur peau, accompagné de lentilles noires beluga, est enjolivé par un jus corsé au vin, le saumon de Kvitsoy est servi mi-cuit avec poireau braisé et perles de hareng Arenkha. Le pigeon ramier rôti sur coffre fait sensation avec sa tombée de champignons et la noisette de faon de biche, sauce grand veneur est une valeur sûre pour les amateurs de gibier. 8 desserts apportent satisfactions à tous les becs sucrés ; du chocolat et sa crème glacée noisette, à la meringue de fruits exotiques, de la Poire nashi confite au vin rouge avec sa crème glacée cannelle, en passant par la crème brulée à la noix de coco, ou encore le marron en différentes textures. Tous les goûts sont satisfaits au restaurant du Musée.

Originaire du village d’Osenbach, Alain Schmitt a principalement appris sont métier à l’Arbre vert à Berrwiller chez Matthieu Koenig, Maître Cuisinier de France, pendant 11 ans, secondant le chef. Sa première place de chef fut au Sarment d’or à Riquewihr, où pendant 5 ans il se fit remarquer.

Aujourd’hui au restaurant du Musée, Alain Schmitt s’exprime pleinement en cuisine, en harmonie avec son environnement, devenu aussi, son lieu de vie.

Par Isabelle Oche et Sandrine Kauffer-Binz
Crédit photos ©Cook and Shoot


Restaurant du Musée
Alain Schmitt

2 rue de la Rochette
68240 Fréland
03 89 47 24 18

RELIRE



A lire dans la même rubrique...
1 2 3 4 5 » ... 66



VIDEO LES 10 ANS

Communiquer sur les Nouvelles Gastronomiques

ABONNEZ-VOUS

Newsletter

Recherche

Facebook
Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos partenaires